collegiale-logo.png
Méditations du mois

Méditation pour l'été par Florian Schubert

 

Méditation sur le psaume 23

 

Cantique de David.

 

1. Le Seigneur est mon berger, je ne manquerai de rien.

 

2 Il me met au repos sur de verts pâturages, il me conduit au calme près de l’eau.

 

3 Il me fait revivre ! Il me guide sur la bonne voie, car il est fidèle à lui-même.

 

4 Même si je marche dans la vallée de l'ombre et de la mort, je ne redoute aucun mal,

Seigneur, car tu m’accompagnes. Tu me conduis, tu me défends, voilà ce qui me rassure.

 

5 Face à ceux qui me veulent du mal, tu prépares un banquet pour moi.

Tu m'accueilles en versant sur ma tête de l'huile parfumée.

Tu remplis ma coupe, elle déborde.

 

6 Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront tous les jours de ma vie !

Seigneur, je reviendrai dans ta maison aussi longtemps que je vivrai.

 

  

Dans ce psaume, un croyant nous partage sa confiance en Dieu. Il décrit ce que Dieu fait pour lui et comment il vit avec Dieu. Il le fait avec des images de son monde, du proche Orient antique. Dieu est comme un berger nous dit-il, qui le mène dans les prairies verdoyantes au bord des eaux calmes. Il utilise des images de bien-être, de protection et de réconfort. Dieu mène sur le droit chemin, protège et finalement, il reçoit le croyant chez lui dans sa maison. Il en est l’hôte qui l’accueille et dresse la table pour lui. Ce psaume nous dit que Dieu n’est pas un méchant berger qui nous frappe pour nous faire avancer et nous fait peur pour nous faire choisir son chemin. Non, Dieu est comme un berger du proche Orient antique. Il est devant, il nous appelle, il nous connaît par notre nom et il crée des espaces dans lesquels nous pouvons vivre.

 

Celui ou celle qui prie ce psaume entre dans cet espace de confiance qu’est l’espace de la foi. Et celui ou celle qui marche dans la foi comprend que les beaux moments qui lui sont donnés de vivre sont des raisons de rendre grâce à Dieu, mais il ou elle comprend surtout que les moments difficiles, ces moments où nous traversons la vallée sombre de l’ombre de la mort, ne sont pas des punitions. Au contraire, ces moments difficiles sont l’occasion de faire une autre expérience de Dieu, après le Dieu qui bénit, voici le Dieu qui nous soutient et qui ne nous quitte pas quand le soir arrive.

 

La vie avec Dieu ne laisse pas indemne, elle nous transforme de façon presque invisible, car nous apprenons à être reconnaissant et à lui ressembler, soyons comme lui des bergers les uns pour les autres, veillons sur ceux qui sont dans la vallée de l’ombre de la mort, défendons les faibles et accueillons ceux qui frappent à la porte de nos maisons et de nos coeurs, alors nous rendrons présents  en nous et autour de nous cet espace de foi qu’on appelle le royaume de Dieu.

 

Florian Schubert

© Copyright - La Collégiale 2019